Crise sanitaire : le télétravail est-il l’avenir de l’entreprise ?

Avec le confinement lié à l’épidémie de Covid-19, de nouveaux modes de travail se sont démocratisés, à l’image du télétravail. Alors que la vie reprend peu à peu son cours, le monde de l’entreprise est en pleine introspection. Décryptage. 

Le 17 mars, le confinement général prenait effet en France pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Conséquence, du jour au lendemain, 8 millions de salariés se sont retrouvés à devoir travailler – pour ceux qui le pouvaient – de chez eux, expérimentant le télétravail de manière prolongée. En comparaison, en novembre 2019, il n’était que 1,8 million selon les chiffres du ministère du Travail.

Avant la crise sanitaire, seuls 29 % des salariés exerçait ainsi leur profession de la sorte dans l’hexagone d’après une étude Statista menée en 2019. Pourtant, un nombre important de Français exprimait déjà avant le confinement leur désir de pouvoir travailler à distance, hors des locaux de leur entreprise précise-t-elle.

Des avantages et des inconvénients pour les salariés

Rien de plus normal que le télétravail soit de plus en plus plébiscité car il comporte de nombreux avantages. D’autant que grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (mails, chats, visioconférences, téléphone, etc.), cette alternative se révèle de plus en plus simple à mettre en application.

Pourquoi un tel engouement pour le travail à distance ? Selon l’étude Statista, 55 % des sondés souhaitaient réduire le temps de trajet entre leur domicile et leurs bureaux. 44 % désiraient trouver un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle. Enfin, pour 31 %, le télétravail permettrait d’être moins stressés et ainsi être plus productifs. Seuls 6 % des personnes interrogées n’y voyaient pas d’intérêt.

Toutefois, le travail à distance peut aussi avoir des inconvénients. En effet, le manque d’interaction physique avec ses collègues peut parfois s’avérer problématique, en termes de communication, d’intégration dans une équipe, de cohésion et d’appartenance à une entreprise notamment. L’isolement peut nuire en effet à la qualité du travail et les distractions peuvent aussi être plus nombreuses. Il s’agit donc de s’astreindre à une certaine discipline.

Une nouvelle façon de manager plus horizontale

Du côté des employeurs, le télétravail présente là aussi des points positifs et négatifs à assimiler.

La décentralisation des salariés permet aux employeurs de réaliser des économies en diminuant le nombre de postes de travail.

Par ailleurs, si les employés sont plus satisfaits de leurs conditions de vie grâce à cette alternative, ils seront également plus impliqués et productifs.

L’accord collectif consenti qui encadre le télétravail est aussi l’occasion de tester une organisation du travail plus collaborative au sein des entreprises. Dans cette situation, la façon de manager doit évoluer. L’organisation est plus horizontale et fait plus de place à l’autonomie. Le télétravail demande davantage d’agilité, de flexibilité, de résilience et même d’empathie. Les managers doivent accorder plus de confiance aux salariés, tout en attendant d’eux une véritable transparence.

Vers un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail ?

Avec le déconfinement, nombre de salariés ont regagné leur bureau. Mais si le présentiel est redevenu la norme, de plus en plus de voix s’élèvent pour trouver un compromis et faire perdurer les promesses aperçues d’un « nouveau monde » du travail. L’idée de mettre en place un modèle hybride conjuguant les avantages de la présence au bureau et ceux du télétravail fait son chemin.

Reste à voir quelle peut être la meilleure solution afin de garantir un bon équilibre pour les salariés et les entreprises. Par exemple, selon un sondage commandé par l’Association Nationale des DRH (ANDRH) et réalisé mi-juin, 60 % des RH envisagent d’avoir plus de 25 % de leurs salariés en télétravail en moyenne 2 jours par semaine. En revanche, 10 % des entreprises seulement souhaitent une organisation où plus de 75 % des salariés travailleraient plus d’un jour par semaine à distance.

Dans un tel cadre, il est néanmoins important que les objectifs de l’entreprise soient bien définis afin d’éviter des malentendus et assurer efficacité et bons résultats au bout du compte.

En effet, au-delà des avantages tangibles qu’apportent le télétravail tant aux salariés qu’aux entreprises, ce mode de travail implique comme on l’a vu de faire évoluer son management. Une démarche à envisager au long cours en imaginant des dispositifs limitant le risque d’isolement social par exemple en limitant le nombre de jours de télétravail par semaine ou en créant des événements de cohésion.

Le monde du travail d’après demeure donc en pleine construction…