Des startups contre le cancer du sein

Octobre était le mois du rose, un signal pour rappeler que le cancer du sein touche chaque année dans le monde de nombreuses femmes et plus rarement des hommes.

La Med Tech – comprenez l’univers de la recherche médicale d’avenir – a vu naître de nouvelles technologies, notamment grâce à l’IA, et des startups françaises œuvrent pour lutter contre la maladie.

Les solutions retenues partent du dépistage du cancer, l’anticipation en amont du traitement des effets secondaires, l’optimisation de l’efficacité du traitement et enfin l’accompagnement du patient durant et après le traitement.

Perfectionner le diagnostic

Née en 2013, Therapixel a conçu un logiciel qui assiste le radiologue lors des lectures de mammographies. Grâce à l’intelligence artificielle, le « MammoScreen » assiste le médecin pour détecter des zones à risque, parfois imperceptibles. « C’est une maladie difficile à voir à l’œil nu, surtout aux premiers stades. Notre solution permet d’aider le radiologue à voir les signes avant-coureurs du cancer pour mieux le dépister », explique-t-on chez Therapixel. (Source – Les Echos Start – octobre 2019)

L’algorithme est basé sur la reconnaissance de lésions cancéreuses, se fonde sur des milliers de cas détectés par les radiologistes, et confirmés ensuite par une biopsie.

Par ailleurs, Therapixel a levé 5 millions d’euros en mars 2019 pour déployer son produit au premier trimestre 2020. Les marchés ciblés sont la France, et plus largement l’Europe ainsi que les Etats-Unis. L’entreprise, incubée à Sophia Antipolis, prévoit d’équiper une dizaine de centres français de dépistage, et « trois centres majeurs » aux Etats-Unis.

 

Anticiper les effets secondaires…

NovaGray développe quant à elle les premiers tests permettant d’identifier, avant le début du traitement, les patients risquant des effets secondaires lourds lors d’une radiothérapie. Celle-ci délivre des rayonnements ionisants sur des cellules cancéreuses pour les détruire, malgré cela, le faisceau de rayons touche également les tissus sains autour du volume cancéreux. Cela concerne de 5 à 10 % des patients.

La technologie de NovaGray est basée sur des tests sanguins et des algorithmes permettant de jauger le niveau de sensibilité du patient au traitement, et ainsi en déduire son niveau de risque. La startup est experte dans trois types de cancers : sein, poumon et prostate.

NovaGray a remporté le prestigieux prix StartHer Adwards en 2017, la plus grande compétition européenne de startups co-fondées par des femmes.

Fort de son succès, l’entreprise a par ailleurs récemment levé un million d’euros pour accélérer son développement.

…ainsi qu’un meilleur traitement

La startup de biotechnologie Theranovir développe des solutions thérapeutiques innovantes, issues de travaux académiques de l’Université de Liège, du CNRS et de l’Inserm. Des anticorps neutralisants en cours de développement seront proposés en combinaison avec des anti-angiogéniques ou des check-point inhibiteurs, accompagnés d’un test compagnon immunohistologique basé sur une technologie de détection des interactions protéine-protéine, en cours de développement. Des études in vitro ayant préalablement permis la sélection d’un candidat lead prometteur, le projet Thera-Onco vise à valider son efficacité. La startup est par ailleurs lauréate du Ilab 2020.

Accompagner le malade à tout moment

Avec Vik, la startup WeFight propose un chatbot répondant 24h/24, 7J/7 à toutes les questions possibles des malades ou de leurs proches. Au total, cet assistant virtuel dispose de plus de 2000 réponses rédigées par des experts du secteur médical : bon usage des médicaments, gestion des effets secondaires, questions personnelles… La startup répond désormais à d’autres types de maladies : ovaires, migraine, dépression, asthme.