BACK TO BASICS : QU’EST-CE QUE LE LEAN START-UP ?

WAI revient aux bases et vous présente les facteurs de développement du lean start-up.

 

Le lean start-up est  le buzzword qui est sur toutes les lèvres. Mais d’où vient cette expression et qu’a-t-elle de différent de la start-up traditionnelle que nous connaissons tous ?

« Lean » vient de l’anglais « dégraissé », son étymologie démontre comment supprimer de notre esprit les dictâtes qui alourdissent la création d’entreprise. C’est un concept évoqué pour la première fois en 2008 par Eric Ries qui a développé ce nouveau mode de management dans des entreprises high tech de la Silicon Valley. Il a démontré que lorsque vous créez votre entreprise (que vous la qualifiez ou non de Start-up) il est inutile de monter un business plan bancal sur des informations supposées.

Le lean start-up repose sur le « validated learning » c’est-à-dire la vérification de la validité des concepts. Eric Ries vous conseille l’expérimentation. Il vous conseille de vérifier vos hypothèses avant de vous lancer tête baissée dans votre projet. Le but étant de réduire les cycles de commercialisation des produits en mesurant régulièrement les progrès réalisés à l’aide des retours utilisateurs.

Pour mettre en place le “lean management”, il vous faudra vous appuyer sur 3 autres concepts : le fameux validated learning, le design itératif, et les méthodes agiles.

 

Le validated learning : l’analyse est la clé du lean start-up

 

De son français, l’apprentissage validé est une méthode de travail qui permet de générer un apprentissage, en passant par l’expérimentation. Le but étant de tester votre produit, vos idées, vos fonctionnalités sur un groupe restreint de clients potentiels.

Pour cela, vous devez passer par 5 étapes :

  1. Fixer un objectif
  2. Choisir un ou plusieurs éléments quantifiables pour mesurer la réussite ou l’échec de votre objectif.
  3. Mettre en place les moyens nécessaires à l’atteinte de votre objectif
  4. Analyser vos résultats
  5. Améliorer votre stratégie et réessayer

Cette technique vous pousse à vous adapter à un environnement changeant (très présent pour les start-up modernes). Elle vous permettra de connaître au mieux les besoins et les attentes de vos clients potentiels.

Sans le savoir, vous pratiquez sûrement déjà cette technique de management (ou en partie). Au lancement d’un produit, la plupart des entreprises se fixent des objectifs mesurables. Mais souvent, la phase analytique de ces objectifs est mise de côté, ou alors les résultats ne sont tout simplement pas exploités.

Pourtant en tant que consommateur, vous vous dirigez instinctivement vers les marques/les entreprises qui se rapprochent le plus de votre vision du produit, et de votre utilisation.

lean start-up_netflix_bandersnatchPrenons l’exemple de Netflix, la plateforme de vidéo à la demande qui fait fureur en France depuis 2014. Ils ont récemment lancé un film interactif intitulé « Bandersnatch ». Entre film et jeu vidéo, cette fiction tirée de la série Black Mirror, a reçu un franc succès auprès des utilisateurs : 45 millions de visionnages. Au programme : entre 90 et 150 minutes de visionnages et 5 fins alternatives possibles (sans compter les fins cachées, c’est fameux “easter eggs”). Au-delà du buzz généré, qui a confirmé l’engouement pour cette nouvelle fonctionnalité, les choix des utilisateurs ont été récoltés. Ces données ont permis à Netflix de mener une étude pour proposer à ses utilisateurs un contenu encore plus personnalisé. En se rapprochant de leur cible, en analysant les résultats obtenus, Netflix a pu faire évoluer ses services grâce au validated learning.

 

Le design itératif : bye bye les bugs

 

Combien de fois par jour, recevez-vous ce genre message : « Que pensez-vous de notre application ? »  « Êtes-vous satisfait ? » ou encore « Laissez-nous un avis sur l’App Store pour nous aider à l’améliorer ». Ces messages répétitifs, ne sont pourtant pas anodins.  Eux aussi sont nés du lean start-up, et plus précisément du design itératif. Le design itératif est une méthode de conception de produits web (sites ou applications) qui passe par de nombreuses modifications et corrections suggérées par les utilisateurs.

Les avis utilisateurs deviennent des données précieuses pour les développeurs. Ils sont source d’innovation dans les fonctionnalités que vous souhaitez mettre en place.

Attention : mettre en place un simple système d’avis ne suffit pas. Vous devez communiquer sur cette fonctionnalité, inciter les utilisateurs à participer, à donner leurs avis. Une critique constructive vous sera plus utile, qu’un compliment sans fondement.

 

Enfin, lorsque vous corrigez les bugs et améliorez vos produits, il est important de le signaler aux utilisateurs : pour leur montrer que leur avis a été lu, et pris en compte. Cela renforcera leur sentiment d’appartenance.

S’il y a une entreprise qui a parfaitement compris l’intérêt du design itératif : c’est Le Bon Coin. À la fois modéré dans ses demandes d’avis, et créatif dans sa communication autour des mises à jour Le Bon Coin a fait le buzz au printemps dernier. En effet, les développeurs de l’application mobile se sont amusés à reprendre les paroles de la chanson d’Orelsan « Simple Basique » pour parler de leur métier et de l’importance des avis pour leur travail.

À lire sans modération :

lean start-up_design_itératif_leboncoin

Les méthodes agiles : un développement pas à pas

 

Afin de garantir un validated learning et un design itératif réussi : on ne saurait vous conseiller autre chose que les méthodes agiles. Issues du Manifeste agile, rédigé en 2001, les méthodes agiles ont déjà leur place dans la plupart des startups. Ces pratiques de pilotage et de réalisation de projet sont plus pragmatiques que les méthodes traditionnelles. Elles impliquent vos utilisateurs au maximum et permettent une grande réactivité. Les méthodes agiles reposent sur 4 valeurs fondamentales :

  • Les individus et leurs interactions passent avant les processus et les outils
  • Les logiciels opérationnels suppriment la documentation exhaustive
  • La collaboration avec les clients prend la place de la négociation contractuelle
  • L’adaptation au changement efface le suivi méthodique du plan de route

En bref : il faut faire simple et créer un dialogue avec le client et les utilisateurs.

lean start-up_methode_agile

Ces méthodes vous poussent à découper votre projet en plusieurs cycles (appelés communément “sprints”). Ce découpage vous permettra de laisser sa place à l’analyse des résultats, et aux retours utilisateurs/client. Vous pourrez ainsi réorienter plus facilement le projet en cas d’erreur. Les méthodes agiles vous permettront donc d’économiser votre temps et votre argent. Une erreur repérée au début du projet, est généralement moins coûteuse et chronophage, qu’une erreur qui doit vous faire tout reprendre depuis le début.

 

Eric Ries disait dans une interview pour Capital que le lean-startup : « C’est une philosophie qui se substitue à un schéma périmé freinant encore tant d’entreprises, et qui montre comment une organisation moderne pourrait générer durablement de la croissance par l’innovation continue.”. De plus en plus, aujourd’hui le lean start-up est repris par les grandes entreprises qui souhaitent se moderniser. Et vous, prêts à passer en mode lean ?